Présentation

L’hypnose a une histoire qui s’entrecroise avec celle de la relation interhumaine. Elle est à l’origine de la notion de psychothérapie.

Après une période de déclin, elle a connu un véritable renouveau grâce aux travaux de Milton H. Erickson. C’est entre autres l’étude de l’hypnose ericksonienne qui a conduit les chercheurs de Palo Alto et leurs suiveurs à créer les thérapies « systémiques » brèves et familiales,  à l’origine du courant dit des « thérapies brèves ».

Ainsi, les thérapies orientées sur les solutions (de Shazer), narratives (White), stratégiques (Nardone), provocatrices (Farrelly), systémiques (Palo Alto) et autres, ont toutes en commun la base qu’est l’hypnose ericksonienne, et dont l’étude est un préalable.

Les neurosciences actuelles donnent une assise scientifique aux phénomènes de transe hypnotique et les recherches continuent dans le domaine de la thérapie et l'intégration de nouveaux modèles.

 

En dehors des plus célèbres psychanalyses et du cognitivo-comportementalisme, l’hypnose et les thérapies brèves représentent un « troisième » courant de psychothérapie en pleine expansion. Même si cette approche semble pour le moment moins connue et répandue dans notre région, l’hypnose connaît un peu partout en France et en Europe un essor sans précédent.

 

L’hypnothérapie peut s’exercer seule ou en complément d’autres méthodes.

Elle peut être utile à tout professionnel de la relation d’aide (médecin quelque soit la spécialité, infirmier, psychologue, kinésithérapeute, orthophoniste, sage-femme, ergothérapeute...)

Elle est utilisée dans de nombreuses indications, notamment la douleur aigue et chronique, l’anesthésie, les troubles «psycho-somatiques» où influencés par le stress et les émotions. Dans le domaine de la psychiatrie, ses indications essentielles sont les troubles anxieux, dépressifs, psycho-somatiques, psycho-traumatiques, addictifs…

 

Les thérapies brèves, si elles ont une indication pour les thérapeutes s'occupant de problèmes "psychologiques", psychiatriques ou psycho-somatiques, peuvent être utilisées comme outil dans la communication avec le patient quel que soit le problème qu'il présente, y compris purement organique. Elles permettent d'améliorer la relation soignant-soigné, de communiquer de façon efficace, d'intégrer les différentes dimensions du patient : physique, psychique, relationnelle, corporelle, émotionnelle.


Pour en savoir plus

infos@institut-uthyl.com © Institut UTHyL 2014